Grampians National Park

Après Adelaïde, la Limestone coast du South Australia, et avant d’entamer la Great Ocean Road, nous avons décidé de faire un crocher au parc national des Grampians. Ce dernier se situe dans le Victoria, à 230km à l’ouest de Melbourne.

Les Grampians regroupent une chaine de montagnes de 1167m d’altitude. Le parc aux formations rocheuses éblouissantes est très apprécié des australiens pour y faire des randonnées, de l’escalade ou tout simplement se ressourcer dans le bush. Il accueille plus d’un million de visiteurs par an.

Gariwerd, est le nom aborigène local donné aux Grampians. On y trouve beaucoup de peintures sur pierre. Ce site d’art aborigène est d’ailleurs protégé depuis 1984 et est inscrit depuis 2006 sur l’Australian National Heritage List.
Notre visite du parc s’est concentrée dans le Wonderland, près de Halls Gap, la ville principale du parc. Deux jours nous ont suffit pour visiter les éléments ci-dessous.

MacKenzie Falls

Un lookout permet de voir les MacKenzie Falls, mais pour arriver au pied de ces impressionnantes chutes d’eau, il vous faudra marcher sur 1km pendant une bonne demie heure. Le chemin descend bien, et il y a pas mal de marches. On peut y avoir des sources d’eau… le début de la cascade.

On the way to MacKenzie Falls
On the way to MacKenzie Falls

Pour avoir vu des waterfall presque sèche en Australie… celle-ci est magnifique et vaut vraiment le détour ! De plus, nous avons eu le droit à un arc-en-ciel juste devant la cascade. C’était impressionnant de voir autant d’eau à côté d’une végétation aussi sèche. La cascade puise son eau au lac Wartook. Il est interdit de se baigner dans la waterfall.

Une fois en bas, il est possible de continuer la marche pour voir d’autres petites cascades… rien n’est indiqué mais nous avons marché encore au moins 20 minutes puis nous avons fait demi tour.

En remontant nous sommes allées voir une autre waterfall depuis un lookout, la Broken Falls. Cette dernière était beaucoup plus sèche.

MacKenzie Falls, Grampians National Park
MacKenzie Falls, Grampians National Park
MacKenzie Falls, Grampians National Park
MacKenzie Falls, Grampians National Park
En continuant la balade...
En continuant la balade…
Broken Falls, Grampians National Park
Broken Falls, Grampians National Park

Reeds lookout & The Balconies

En arrivant sur le parking, il faut marcher quelques mètres seulement avant d’atteindre le Reeds lookout. Ce dernier offre une belle vue sur les montagnes de la Victoria Valley, la Victoria Range, la Serra Range, le Lake Wartook et le Mt Difficult Range. Les couleurs étaient incroyables ! N’hésitez pas à vous promener aux alentours pour apercevoir d’autres paysages.

Pour se rendre aux falaises de The Balconies il faut marcher une petite demie heure sur 1km. Arrivée nous pouvons admirer une belle vue panoramique sur la Victoria Valley.

Reeds lookout, Grampians National Park
Reeds lookout, Grampians National Park
The Balconies, Grampians National Park
The Balconies, Grampians National Park

Boroka Lookout

Sur notre deuxième journée, nous sommes retournées au Boroka Lookout car la veille il n’y avait pas assez de lumière. Pour des photos réussies mieux vaut y aller le matin 😉
Au Boroka lookout, deux plateformes permettent d’avoir une belle vue à 180° sur le Wonderland Range, le Mt William Range, la Fyans Valley, et le Lake Bellfield.

Boroka lookout, Grampians National Park
Boroka lookout, Grampians National Park

The Pinnacle Walk

Pour se rendre au Pinnacle lookout, deux randonnées s’offrent à vous. Nous avons choisis la moins difficile, celle de 4km et 2 heures aller-retour. Cette dernière part du Sundial carpark. L’autre randonnée qui part du Wonderland Carpark fait aussi 4km, mais grimpe un peu plus !

Sur notre route nous sommes passées devant de nombreuses formations rocheuses toutes aussi différentes les unes que les autres, des fleurs sauvages, une végétation luxuriante et quelques petits lézards qui se faisaient dorer la pilule au soleil 😉 Il y avait aussi beaucoup d’arbres calciner… en effet en 2006, un incendie à ravager la moitié du parc !

Enfin nous arrivons au lookout, du haut duquel nous avons une incroyable vue à 360°, et d’où l’on peut apercevoir au loin Halls Gap et le lac Bellfield.

On the way to the Pinnacle
On the way to the Pinnacle
Pinnacle walk, Grampians National Park
Pinnacle walk, Grampians National Park
Pinnacle walk, Grampians National Park
Pinnacle walk, Grampians National Park
Pinnacle walk, Grampians National Park
Pinnacle walk, Grampians National Park
The Pinnacle lookout, Grampians National Park
The Pinnacle lookout, Grampians National Park

Halls Gap

Il y a beaucoup d’animaux aux Grampians, nous avons notamment vu des Cacatoès (oiseau de la famille des perroquets avec une crête de plumes sur la tête). Au coucher du soleil vous pouvez observer une quarantaine de kangourous brouter de l’herbe du caravan park de Halls Gap, puis traverser la route en bande pour aller finir de manger à l’aire de pique-nique.

Nous avons d’ailleurs dormi dans ce caravan park pour 32$ la nuit pour 2 personnes. Il y aussi plusieurs free camp aux alentours, nous avions d’ailleurs prévu d’y aller, mais le sort en a décidé autrement. (cf anecdote ci-dessous).
Si besoin, une station essence pas trop chère (1,118$/L) et quelques commerces vous dépanneront bien assez le temps de votre séjour.

Cacatoès, Halls Gap
Cacatoès, Halls Gap

Brambuk : le centre culturel aborigène

A Halls Gap, n’oubliez pas d’aller faire un tour à Brambuk, le centre culturel aborigène. L’entrée est gratuite, et des activités payantes sont proposées comme apprendre à lancer le boomerang ou jouer du didgeridoo.
Nous en avons appris un peu plus sur la culture aborigène, notamment celle du feu. Pour les aborigènes, le feu est sacré, il faut vivre avec, c’est un élément naturel qui permet de réguler la végétation. En effet, beaucoup de plantes se régénèrent après le passage d’un feu.

Il y a aussi beaucoup d’informations sur le comportement des anglais face aux aborigènes lors du débarquement, et l’intégration des aborigènes dans la « nouvelle société ».
La génération volée (ou stolen children) est un triste phénomène qui a touché les enfants aborigènes. Ils ont été enlevé de force à leurs parents et placé dans des orphelinats, internats, familles blanches ou encore chrétiennes. Cette pratique, visant à faire disparaître progressivement les aborigènes et à les purifier en intégrant les « métis » dans la société, a été mise en place par le gouvernement australien à partir de 1869 et ce pendant un siècle ! Il n’y a rien d’officiel, mais 100 000 enfants auraient été touchés.

Grampians National Park
Grampians National Park

Anecdote : Tomber en panne aux Grampians !

En arrivant aux Grampians, le van s’est mi à faire un bruit étrange… nous décidons donc de rester sur le parking et d’appeler un mécano. Seulement c’était un vendredi soir et il n’y avait pas de mécano à Halls Gap.
Un mécano mobile accepte de venir sur place (mobile c’est sa spécialité)… pour soi-disant 40$ y compris le check de la voiture. Il nous dit que le problème vient du ventilateur qui sert a refroidir le moteur, il semble très sur de lui, mais nous annonce qu’il ne peut rien faire avant lundi.
Il nous interdit de rouler avec le van au risque que le ventilateur se détache et cache le radiateur du moteur. Nous le déplaçons seulement pour aller le garer au camping le plus proche à 500m. Nous payé finalement 70$, pas comme le prix annoncé précédemment !
Le week-end passe, le lundi matin le mécano démonte le ventilateur et en allumant le moteur il se rend compte que le bruit est toujours là ! Le problème ne vient donc pas du ventilateur et pour lui c’est très grave ! Il nous annonce qu’il ne peut pas démonter le van dans le camping et qu’il doit le remorquer jusqu’à son atelier !
Mardi matin pour 80$ le mécano vient avec sa dépanneuse et emmène le van.
Nous devons resté sur place au camping et allons dormir dans une tente (prêté gentiment par le gérant du camping, qui nous fait aussi un prix pour prolonger le séjour au camping) le temps que le van soit réparé.
Quelques heures après mauvaise nouvelle, le mécano (et sa femme qui est présente à chaque fois et qui ne sert pas à grand chose à part répéter ce qu’il dit) revient au camping et nous annonce qu’il faut changer tout le kit courroie de distribution, et qu’il faut toujours changer le ventilateur !
Selon lui notre van est un légume, nous n’aurions jamais du l’acheter aussi cher, il ne vaut rien et nous n’arriverons pas à le vendre ! En clair, il nous a gentiment fait comprendre que l’on ferrait mieux de prendre nos sacs à dos et de partir en bus sur Melbourne et qu’il essayerait gentiment de nous vendre des pièces et nos meubles à l’intérieur…. LA ON COMMENCE VRAIMENT A HALLUCINER DE SES PROPOS ! Il veut clairement garder le van pour lui !
Quand on commence à parler de prix pour le réparer (car oui on lui a bien fait comprendre qu’on ne comptait pas repartir sans notre van)… il nous répond entre 1000 et 2000$, et demande une avance de 1000$ en cash pour pouvoir commander les pièces (oui parce qu’il en a aucune en stock) !
Après réflexion, nous lui demandons s’il est possible de nous faire un devis… il nous répond que les devis n’existent plus depuis plus de 20 ans en Australie… et qu’il peut à la limite faire une estimation de prix quand il aura demander le prix des pièces à son fournisseur ! En clair, le van n’est pas prêt d’être réparé !
En attendant le devis (qui n’est jamais venu d’ailleurs), nous contactons d’autres garages dans des villes un peu plus éloignées (pas le choix)… et nous en trouvons un qui nous donne un devis clair par téléphone (environ 800$ pour le kit courroie), un délai (1 à 2 jours) pour le faire ! Il nous met même en contact avec une dépanneuse qui peut venir chercher le van pour 165$.
Le problème ? Il faut annoncer notre décision au mécano (le premier)… nous décidons de les appeler en vain car ils n’ont jamais répondu !
Le lendemain nous avons de leur nouvelle, nous disant qu’ils sont en route pour Melbourne et que l’on ne pourra pas récupérer notre van ! On se s’entend vraiment plus avec eux au téléphone et décidons d’aller voir la police !
Le policier après les avoir appeler nous annonce que l’on devrait continuer à travailler avec eux, que cela n’ira pas plus vite avec un autre mécano… et que la seule solution si l’on veut récupérer notre van, c’est que ce soit la dépanneuse qui contacte le mécano (le premier) pour organiser l’heure de l’enlèvement !
Seulement ils n’ont jamais donné d’heure à la dépanneuse ce jour là (nous étions déjà jeudi), mais seulement le vendredi matin ! Nous ne savions même pas où se trouvait notre van car ils n’avaient pas voulu nous donner l’adresse !
C’est finalement dans une zone désaffectée que la dépanneuse nous donne rendez-vous… on arrive avant elle et retrouve notre van un milieu d’un champs ! Les pièces démontées posées sur le lit, et les clés cachées dans le pot d’échappement ! La dépanneuse le remorque !
Une fois entre de « bonnes mains »… les nouveaux mécanos qui avaient les pièces en stock, le réparent en 2 jours…il faut effectivement bien changer le kit courroie, et le ventilateur ! Plus nous demandons de faire la vidange au passage ! Le tout pour 1300$ !
Au final nous avons perdu 380$ et une semaine de temps avec le premier mécano! Mais nous préférions vraiment changer de mécano pour accélérer les choses et avoir un deuxième avis, car oui nous n’étions sures de rien avec le premier (était-ce vraiment ce problème?).
Total des dépenses : environ 1700$.
Depuis le van roule bien, on croise les doigts !